Ce qui est moins bon dans le vin

L'alcool consommé avec excès peut mener à la dépendance (2 millions de personnes sont alcoolo-dépendantes en France) il est impliqué dans 30% des accidents mortels sur la route. De nombreuses études ont montré que, même en faible quantité, il augmente le risque de cancers (bouche, Oesophage, foie ...).

Un bémol pour le vin rouge : des travaux scientifiques associent une consommation modérée à une diminution du risque de mortalité par cancers. Cela reste à confirmer, mais l'effet protecteur serait meilleur quand le vin est consommé au cours du repas. Une chose est sure, tous les alcools sont toxiques pour le foetus. D'où la recommendation de ne pas boire pendant la grossesse.

Le dioxyde de soufre, un additif dangereux

Le dioxyde de soufre (SO2), additif chimique qui aide à la conservation du vin, peut déclencher des manifestations d'intolérance (maux de tête, nez qui coule, démangeaisons ...).
«Ce n'est pas une vraie allergie, mais une réaction d'hypersensibilité. Elle peut être grave chez certains asthmatiques», dir le Pr Jean-François Nicolas, allergologue au CHU de Lyon.
Dans un rapport récent, l'Agence nationale de sécurité sanitaire note que 3% des adultes dépasse la dose journalière admissible de sulfites, probablement parce qu'ils boivent beaucoup de vin (à lui seul 70% de nos apports en SO2).
Depuis 2005, toutes les bouteilles dont le taux de SO2 est supérieur à 10 milligrammes par litre doivent porter la mention : "contient des sulfites".
Pour des raisons de conservation, les niveaux sont plus élevés dans le vin blanc, et dans le rosé que dans le rouge. La plupart des viticulteurs bio essaient de réduire au maximum l'utilisation de SO2.

Le moins bon dans le vin

Des pesticides dans le vin

Les pesticides sont soupçonnés d'être toxiques pour la reproduction et le système nerveux, et cancérigènes. Ils sont souvent utilisés pour lutter contre les maladiesde la vigne. Les vignobles consomment 20% des produits phytosanitaires, alors qu'ils ne représentent que 3% de la surface agricole. Fatalement, on en retrouve la trace dans le vin.

Une enquête, menée en 2008 par des associations réunies dans Pan-Europe (Pesticides action network Europe), a montré des niveaux de contamination élevés dans les vins rouges conventionnels. Bonne nouvelle: la viticulture bio ne cesse de s'étendre. Les surfaces cultivées sans pesticides de synthèse ont progressé de 28% en 2010. Elles représentent près de 6% du vignoble.

Alors le vin, bon ou pas bon?

La balance bénéfice/risque penche en faveur du oui. Sans aller jusqu'à recommander de se mettre à la boisson, on peut dire qu'on tire le meilleur parti du vin lorsqu'il est rouge, si possible bio, et surtout, consommé à doses raisonnables ! L'organisation mondiale de la santé considère qu'au-delà de deux verres de 10 centilitres par jour pour une femme, trois verres pour un homme, les effets négatifs l'emportent.

AUTEUR: Sylvie Dellus

Des pesticides dans le vin